Grazzanise oggi  Numeri utili  I nostri Caduti  Ris. elettorali  Sport 2017/18  Trasporti  Differenziata  | Meteo |

Grazzanise on Line

Accueil du site > Storia > Un peu d’histoire

Un peu d’histoire

vendredi 23 octobre 2009, par redazione

Toutes les versions de cet article :


Grazzanise c’est une petite ville de la province de Caserte, en Campanie, située précisement au coeur de cette plaine, autrefois marécageuse et paludéenne, dite Le Mazzone, sur la rive gauche du Volturne. Son territoire s’étend sur 47 km carrés et ses habitants sont à peu près 7.000 (y compris les hameaux de Brezza et Borgo Appio).
Le sol, argileux et peu fertile, permet une agriculture de survie (on relève la production de vins et de fruits). Au contraire le territoire est particulièrement exploité pour l’élèvage de la bufala (buflesse), qui est à la base d’une richesse considérable et se manifeste en nombreuses fromageries qui nous donnent de très bons produits dont la bien célèbre ‘mozzarella’.
Le 29 Août on fête la Saint-Jean, du patron de la ville, dite ‘a paparara à cause de la coutume de manger l’oie. D’autres fêtes traditionnelles sont celle du Lundì de Pâques (Notre-Dame de l’Arc) et du 8 Septembre (Notre-Dame de Montevergine).
Pour chaque fête et pour chaque saison il y a des specialités gastronomiques, des fois vraiment excellentes.
Dans le territoire de la commune est située la Base Aerienne ’Romagnoli’.
On a peu de documents sur l’origine de Grazzanise. Des sources font remonter son nom à la famille Graziani, d’autres aux trois Grâces de la mitologie antique. De toute façon ce centre est l’un des anciens hameaux (‘casali’) de Capoue et il suit les vicissitudes de la puissante ville voisine. C’est seulement à partir de la période aragonaise, à laquelle remonte le « Miracle de Sainte Massimiliana Bona », qu’on a de plus sûres informations. 

Un peu d’histoire : Le Mazzone, de Don Angelo Florio
(resumé d’après “La mia terra, i suoi grandi”, 1954)

Le Mazzone reçut son appellation de ‘Campo Stellato’ (Champ étoilé) à cause de la végetation spontanée d’herbes aromatiques, de toutes sortes de fleurs, en particulier de marguérites printanières qui constellaient le territoire comme des étoiles haletantes du sol.
Tite-Live dans le 9ème livre de son histoire parle d’incursions des Sannites «  in Campum Stellatem » ; Dans le 22ème livre il raconte qu’Annibal, après son installation en Capoue, vint piller avec son armée dans le Campo Stellato : «  In campum Stellatem descendit ».
La colonisation du Campo Stellato prend son origine de Jules César et de Auguste. En effet, la loi qui divisait le Campo Stellato parmi les plébéiens romains fut proposée par le Consul Rufus vers 80 a. J.C.
César distribua les terres parmi ses légionnaires. Cela est confirmé par des plaques et par une pierre de confin encore murée dans la Torre del Frascale, entre Capoue et Brezza, dont l’inscription encore lisible dit «  Caius Julius Caesar Diomedi Campano donavit pedes... ».
Une plaque retrouvée dans la Torre di Augusto, près de Grazzanise, conservée dans le Museo Campano de Capoue dit : «  Veneri Genitrici et Genio Augusti Caesaris Colonia Iulia - Fel. Pace Composita - Dedicavit IV Kal. Dec... »
L’appellation de Mazzone remonte au Moyen Age et à l’époque des rois aragonais qui y possedaient Reali Tenute (domaines royaux) et Casini di caccia (pavillons de chasse). Le Palermitain (1394-1471) parle du Roi Alfonse I d’Aragon, qui aimait chasser dans le Mazzone delle rose : « Venabatur rex in campis, quos rosarum vocant »
A ce propos, l’histoire du Miracle de Sainte Massimiliana Bona, dont le roi serait un des témoins, est très suggestive.
Le Roi Ferdinand I, qui chassait très souvent dans les forêts de Grazzanise et dans la Real Tenuta de Carditello, accorda à la ville de Capoue le droit de pâturer et faire les foins dans le Mazzone delle Rose « senza pagare cosa alla Regia Corte  » (sans rien payer à la Cour Royale).
Mais pour le fait que le Campo Stellato fut laissé inculte par les Romains (Cicerone le décrit « bas, marécageux et non labouré et seulement abondant de bon pâturage pour les troupeaux ») le Mazzone delle Rose fut maintenu à l’état sauvage, en proie au marécage et au paludisme, encombré de bois et forêts, royaume des bêtes et du gibier pour le plaisir du Roi et des nobles napolitains.
(…) il est évident que le Mazzone était en grande partie une contrée inféconde, malsaine, insécure, ou pâturait sans être dérangé le buffle sauvage et dans les domaines inaccessibles vivait le buttero (gardien de bestiaux) et n’y arrivait pas du tout l’echo de la civilisation et du travail.
Cela lui donnait un fond tragique où la délinquance et la pègre se cachaient et faisaient la loi en nuisant au prochain par l’anonymat, le chantage, les incendies, l’abattage des animaux, les fusillades, la coupe des vergers, les bagarres sanglantes, les coups de feu dans les campagnes et les villages et, des fois, par des meurtres terrifiants.
(…) Le Mazzone, dans la légende, est représenté comme un marais livide, saturé de miasmes mortels, enchevêtré de maquis pestilentiels et effrayants et habité par des hors-la-loi sans scrupules, sans morale, associés pour le crime !
Au contraire le Mazzone dans l’histoire et dans sa vraie âme c’est une autre chose. Le Mazzone, à la verdure luxuriante qui s’étend à perte de vue dans ses champs ensoleillés, offre un superbe spectacle d’enchantement au regard admiré.
Au milieu de la terre fleurie, de la campagne qui chante d’amour, on participe à la beauté exubérante de la création : des frémissements immenses de vie au milieu d’effluves rustiques, de mugissements, de hennissements, de bêlements, de cries, de piaffements dans un spectacle merveilleux de fécondité, de force, de travail.
Ceux qui imaginent le Mazzone comme la terre du malfaiteur affamé, portant de grosses bottes et un large chapeau sur la tête (suivant une certaine tradition et un certain folklore) se trompent.
Le vrai habitant du Mazzone est autentiquement pur, courageux, généreux. Il est ennemi de la duplicité et de l’ipocrisie, il est expansif, sociable, accueillant, indulgent, intelligent. Il est naturellement porté aux sentiments, à l’entusiasme, à l’affection, à l’émotion, aux satisfactions spirituelles, morales et, par conséquent, à la défense du pain et de l’honneur, donc aux déceptions qui gravent sur l’esprit sensible et noble à cause d’ innommables méchancetés.
Les gens d’ici sont fortes comme la terre argileuse du Mazzone : les hommes bruns, robustes, vifs, intélligents ; les femmes roses, prolifiques et opulentes pour la santé des descendants…  

Notices historiques recueillies par Don Carlo Raimondo
 rapportées dans le livre « Grazzanise, ieri e oggi, quale sviluppo ? », 1985

  D’après l’opinion accréditée d’historiens locaux, Grazzanise remonte à la IIIème ou IVème période de la République Romaine, sous les auspices de la famille des Gratiani qui la consacraient aux Grâces. Son nom signifierait l’île des Grâces (Gratiarum nesos ou nisos), ou bien le pays soutenu par les Grâces (pagus Gratiis inixus). Et il surgissait pour abriter les esclaves qui donnaient, dans l’anphithéâtre de Capoue, le spectacle tragique de leur force et de leur valeur. Il surgissait aussi pour produire, avec les roses de ses champs, des pommades et des parfums pour les matrones et les hétaîres de la Via Deplasia de Capoue.
Certains écrivains pensent que les villages autour de Capoue remontent à 211 a. Ch., au temps de Annibal, quand les romains firent un terrible massacre pour se venger de l’appui donné au gènéral de Carthage. Alors une grande partie des citoyens de Capoue, relicta urbe, effugierunt. Où ? In proximas terras.
D’autres pensent que ces villages remontent au terrorisme oligarchique de Sylla (81 a. Ch.) qui succéda au terrorisme démocratique de Marius.
L’historien Gabriele Iannelli (1825-1895) pense que Jules César, après son retour de l’Espagne, fonda des colonies qu’il divisa parmi ses commandants. Ainsi de Gratianî prit son origine Gratianisi-Grazzanise. Encore d’après Iannelli, Grazzanise vient d’une colonie Iulia, comme celle de la Torre degli Schiavi, où fut retrouvé en 1649 une plaque qui parle d’une colonie Iulia fondé par César. On ne doit pas oublier, toutefois, que beaucoup de colonies, pour reconnaissance ou pour flatterie prirent ce nom.

Les églises

La première église de Grazzanise est la Chiesa Madre, en l’honneur du patron Saint Jean Baptiste.
On ne connaît pas avec précision l’année de sa construction mais elle est nommée expressément (d’après Michele Monaco dans le Sanctuarium Capuanum) dans une bulle du pape Alexandre III en 1173, envoyée à l’archevêque de Capoue, Alfano.
Un amateur d’histoire locale, Don Carlo Raimondo, suppose qu’elle a été bâtie entre le VIème et le IXème siècle.
Parmi les ouvrages abrités dans l’église, à noter un polyptique sur bois de 1525 récemment réstauré, qui représente Notre Dame de la Consolation, avec Saint Jean et Saint Blaise et, au dessus, le Rédempteur.
Au dessous de la voûte de la grande nef il y a trois peintures de valeur. La Cène de Emmaüs, Saint Jean prêchant sur les rives du Jourdain, S. Carlo Borromeo qui guérit un pestiféré, par Raffaele Iodice de Giugliano (1932).
Sur une plaque on lit que l’église fut rebâtie a fundamentis en 1730 et ensuite restaurée en 1878 et 1932. Une dernière remise à nouveau a été faite en 2004.

Pour ce qui concerne l’église dediée à Notre Dame de Montevergine, elle est, au point de vue juridique, un rectorat de la Chiesa Madre. Elle remonte aux années ’50 et surgit sur le lieu d’une ancienne petite chapelle détruite par les bombardements de la IIème guerre mondiale.
Elle a été bâtie à imitation du style gothique, avec des arcs aigus, une rosace centrale, des colonnes hautes et légères divisant les trois nefs.
Devant l’église il y a le clocher qui réproduit le même style gothique.

L’église de l’Annunciata, la seconde paroisse de la ville, remonte au XVIème siècle. Elle est bâtie sur une seule grande nef avec des autels latéraux. Elle est dediée, comme l’indique son nom, à l’épisode de l’Annonciation.
Elle abrite des statues en bois et une toile qui remontent au XVIme et au XIXme siècle.

La tradition à table

Parmi les plats traditionnels préparés à l’occasion de la Saint-Jean (29 Août) l’oie occupe une place d’honneur. En effet la fête est dite de la ’paparara’, du nom local de l’oie.
Il y a deux manières de cuire l’oie : fourrée, pour ceux qui aiment les plats doux, ou bien à la sauce, pour qui préfère (c’est la majorité) une ’pastasciutta’ vraiment délicieuse.
Mais la gastronomie locale ne s’arrête pas là. Elle comprend aussi des chicorées, des struffoli et une grande varieté de gateaux.
Et comment oublier, finalement, des produits caractéristiques tels que la mozzarella, les caciocavalli, la ricotta (fromages),... ?

Un autre plat traditionnel, lié à l’ancienne vie paysanne de ces pauvres endroits où il était nécessaire de s’arranger avec ce qu’offrait la nature sauvage, est lié aux chicorées, légumes spontanés des pâturages, connues depuis l’antiquité, par le goût très doux, parfois amer, avec des bienfaits pour la santé. Dans la vieille ferme ( ‘pagliara’) les travailleurs la mangeaient tous dans la même chaudière, en utilisant la croûte de pain comme une cuillère. (frates)

 


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette